[CR] Miami Beach Halloween Half Marathon

Miami Beach Halloween Half Marathon

Une semaine après l’Ironman 70.3 Miami, Sabrina et moi étions inscrits sur ce semi-marathon d’Halloween à Miami Beach.
L’occasion pour elle de faire son premier semi officiel et pour moi de faire un semi dans un cadre sympa.

La pluaprt des coureurs sont déguisés, l’ambiance est détendue et franchement bonne. Mais devant, il y a comme toujours quelques clients, pas venu pour un concours de déguisements.

Départ de nuit à 6h30, les sensations sont particulières. Le gros avantage des courses aux US, malgré le prix d’inscription élevé (50$ en early et 100$ en late reg.), c’est la sécurité apporté par l’organisation durant toute la course, comme lors du 70.3.

Je pars vite (3’38 le premier kilo) histoire d’accrocher rapidement le groupe de tête pour voir ce qu’il s’y passe. J’avais vu dans les résultats que le podium était accessible autour des 1h23′ ce qui est largement à ma portée. Rapidement je me force à ralentir et décroche la tête pour laisser revenir deux autres gars derrière moi afin de former un petit paquet pour m’abriter du vent qui souffle toujours aussi fort. Il fait déjà chaud et humide et le vent fait quand même du bien de ce côté-là.

Un des deux est bien affuté et a l’air bien à l’aise, à ce moment là nous sommes 7, 8 et 9. L’affuté met une cartouche à l’approche d’un pont à traverser alors que l’autre était en train de ralentir le train. Je me mets dans sa foulée. On va se prendre des relais jusqu’au 12ème et puis après un ravito (durant lequel je me verse du Gatorade sur la tête au lieu d’eau…) je n’arrive plus à rester derrière lui. Rideau, plus rien, à ce moment-là je suis 5ème et impossible de sortir plus que du 4’20 au kilo. Un passage de plusieurs kilomètres sur un ponton en bois va m’achever et après le demi-tour au 16ème kilo, ça va être encore plus dur, difficile de courir à 4’30. Je reperdrai deux places d’ici l’arrivée qui s’est longuement fait attendre. Au final, je passe le semi en 1h29’39 et arrive péniblement en 7ème position, plus de 10min après le vainqueur et à  4min du podium.

Après analyse des données, je me rends compte que les conditions atmosphériques sont quand même très importantes dans la performance, en tout cas pour les athlètes amateurs que nous sommes. J’avais vécu la course la plus horrible de ma vie lors d’un 10km à Singapour et j’ai eu quasiment les mêmes sensations lors de ce semi même si c’était largement plus supportable. Le vainqueur gagne d’ailleurs en 1h19 alors que chez nous, ce genre de course se gagne plutôt autour des 1h07-09.

L’après course était au top, sans surprise. Une superbe médaille, un ravito très fourni et un repas très complet au Nikki Beach en même temps que la remise des récompenses mais… il fallait arriver à l’heure, car il n’y en a pas eu pour tout le monde !

Superbe expérience, sans regret, même pour Sabrina qui a autant souffert que moi à peu près sur le même timing. Pour son premier, c’était du costaud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.