[CR] Ironman 70.3 Miami 2017

Il y a quelques mois, je prévoyais de faire un premier 70.3 labellisé Ironman à l’étranger pour finir la saison de triathlon.

Il y avait plusieurs choix de destination (Chine, Arizona, Texas, Chili, Floride…) et pour des raisons pratiques, c’est Miami qui a finalement été choisie pour concilier événement sportif et quelques jours d’escapades à deux.

Arrivé à Miami vendredi en milieu d’après-midi, cela me laisse 2 nuits pour récupérer un peu du voyage. Le vélo quant à lui, doit être dans le parc dès le samedi après-midi avant 18h. Le vent souffle énormément et la mer est agitée avec des méduses annoncées, comme tous les ans, pas de quoi rassurer le bonhomme !

Veille de course, montage du vélo dans la chambre, ouf c’est bon, tout est là et en parfait état ! Merci à Jérôme Save pour la super valise Thule, c’est du lourd. Petit déblocage dans la salle de sport de l’hôtel (20min de vélo, 15min de tapis et 10min de natation) histoire de se dérouiller des 10h d’avion, puis départ pour le parc à vélo.Parc à vélos Ironman 70.3 Miami

J’y arrive dans les premiers et continue de gonfler mes pneus sous le soleil avec ma mini-pompe ! Ça souffle fort et les vélos ne restent pas en place sur les rails, surtout vu le nombre de roues pleines présentes… Pas trop de configurations d’asthmatiques par ici comme dirait l’ami Fredeno !

Vélo posé, on s’imprègne un peu de l’ambiance au village IM, pas encore de pression à ce moment-là mais j’avoue que je ne suis pas serein avec ce vent et les méduses sans combi !

Je dors bien, merci la fatigue du voyage et le jetlag. Debout 5h30 pour un départ à 7h40 dans l’eau, l’hôtel est à 1km à pied. J’avale 3/4 d’un gâteau énergétique Aptonia et de l’eau.

Petit passage pour déposer les affaires au parc à vélo qui ferme à 7h.

Tout est OK, mais je me dis que le shorty/singlet pour nager sans combi, c’est vraiment pas le bon plan ! On fera avec. Sabrina me badigeonne de Médusyl et on dépanne un autre coureur qui a oublié le sien. Le stress monte un peu plus avec l’hymne des US avant le départ des pros, puis c’est à mon tour de me mettre dans le rang, je pars en 5ème vague, toutes espacées de 4min par groupe d’âge ou portions de groupes d’âges. Nous sommes 120 dans ma vague, soit la moitié de ma catégorie.

Swim Ironman 70.3 MiamiDépart immergé, l’eau est bonne (27°C) mais le cadre n’est pas idyllique, contrairement à ce que l’on pourrait croire. Je me mets à l’extérieur et à l’arrière car je ne veux pas faire front aux méduses et de toute façon, je n’ai pas le niveau ! C’est parti, je ne suis pas trop gêné, mais rapidement je dois brasser un peu pour réguler le stress et m’orienter car les courants nous poussent vers l’extérieur et les bouées ne sont pas très hautes. Je vous passe les détails, mais grosso-modo, j’ai souvent dû me mettre à la verticale pour temporiser un peu l’appréhension. Malgré pas mal de trucs qui flottent dans l’eau, je n’ai aperçu aucune méduse et c’est tant mieux ! Bref, j’arrive à en sortir vivant après 2000m en 47′ soit 2’20/100m, pas glorieux ! 300m de transition à pied que je passe à me déshabiller pour remettre ma ceinture cardio que j’ai failli perdre dans l’eau.

Bike IM 70.3 MiamiTout est en place, je sors du parc et c’est parti pour 90kms de bike très venteux ! Le parcours est un A/R avec une mini boucle en A/R à l’intérieur. 5-6km avec des virages et des ponts pour sortir du centre-ville puis c’est parti pour 30kms vent dans le dos, royal. J’arrive au 35ème à environ 42km/h de moyenne et après le demi-tour, je sens que ça va être une autre histoire. Planté à 29-30km/h, j’essaie de réguler au cardio sans me cramer. A mi-parcours, je suis à 39km/h de moyenne et très en avance sur l’objectif fixé (entre 2h30 et 2h40). C’est normal, il reste 15kms vent de dos puis les 30kms de retour vent de face avec les zig-zags dans la ville et les ponts. Le retour sera très difficile, sans surprise, avec une cage thoracique qui commence à beaucoup tirer après 2h sur les prolongateurs. Je sens déjà que ma course à pied est foutue, j’essaie alors de ralentir, de ventiler, me relever, mais le vent souffle fort et en faisant ça je suis planté à 20km/h… Obligé donc d’appuyer un minimum pour rentrer au parc. Au terme des 91,5km, j’arrive enfin au parc en 2h36 (35,2km/h de moyenne). Très satisfait du chrono, je pose le vélo et prends mon temps pour partir, en essayant de travailler un maximum sur le diaphragme.

Running IM 70.3 MiamiLes premiers hectomètres à pied ne sont pas rassurants et je ne peux pas forcer dessus. Je croise Sabrina au kilomètre 3 ou 4 et lui demande de m’accompagner pour terminer en alternant marche et course car je ne peux pas maintenir ne serait-ce qu’une allure de 5’/km, moi qui voulait partir sur des bases de 4’15/4’30 pour passer sous les 5h. Au final, après de sacrés gueuletons aux ravitaillements bien fournis et 2h15 plus tard, je passe la ligne d’arrivée en 5h42, loin de l’objectif mais très content d’en avoir terminé dans ce cadre à l’américaine.

Il faut dire que l’organisation était au top et que la sécurité sur le parcours était exemplaire, avec des voitures de police à chaque intersections et des automobilistes très respectueux sur les voies ouvertes parallèles, restées ouvertes à la circulation.

Ravi aussi d’avoir enfin pu faire une course taillée pour mon FELT IA2 que j’ai vendu depuis, réservé il y a déjà plusieurs semaines. Un vrai régal de rouler sur cette machine taillée pour ce genre de parcours. Il va me manquer, c’est sûr !

La saison de tri est bel et bien terminée maintenant. Place à quelques courses à pied en local puis quelque semaines de repos après intervention chirurgicale.

En bref :

SWIM (2010m) = 47’22 (Voir sur Strava)
BIKE (91,5km) = 2h36’48 (Voir sur Strava)
RUN (20,4km) = 2h13’08 (Voir sur Strava)

 

Ironman Miami 70.3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.