Une longue escale à Munich ?

Hotel de ville de Munich

Notre vol vers Shanghai avec Lufthansa comportait une escale de 7h à Munich, de 15h à 22h.

L’occasion pour nous d’aller faire un tour dans cette ville que nous ne connaissions pas.

Pour aller au centre-ville de Munich depuis l’aéroport, c’est très simple, prenez le train (S-Bahn) !

Il vous en coutera 13€ le billet journalier. Comptez environ 40 min de trajet en train jusqu’à la station Marienplatz, le cœur de la ville.

Là, vous pourrez vous mêler à la foule locale et touristique pour assister au carillon mécanique mobile qui anime la façade de l’hôtel de ville, tous les jours à 11h et 12h, ainsi qu’à 17h d’avril à octobre.

Puis, baladez-vous dans les rues et ruelles commerçantes, faites une halte au marché plein air où les locaux prennent le temps de déguster une bonne (et grande !) bière en sortant du boulot. Accompagnez cette bière allemande d’un gros Pretzel, il en existe de toutes sortes.

Une immersion de quelques heures à l’allemande avant de reprendre le train pour l’aéroport et continuer (ou terminer…) son voyage.

Escale à Munich

Trois endroits où manger à Miami

Je voulais partager ici trois endroits dans lesquels j’ai eu l’occasion de manger lors de mon voyage à Miami. Il ne s’agit pas de supers restaurants gastronomiques, mais juste d’un partage d’expérience pour ceux qui se demanderaient où manger sans devoir « payer l’emplacement », en passant des heures sur Tripadvisor, sans arriver à se décider. Oui oui, je vous reconnais bien là ! ^^

Shake Shack MiamiSHAKE SHACK : Rapide et pas cher, version US à Miami Beach
1111 Lincoln Road, à l’angle de Lenox Avenue. Ouvert de 11h jusqu’à 23h ou minuit (vendredi et samedi)
Site web : https://www.shakeshack.com/
Budget pour deux : 25-30$ avec dessert

Même si, à première vue, la carte peut sembler similaire à un Mc Do, c’est loin d’être le cas une fois sur le plateau et dans la bouche. Un choix assez restreint mais qui saura ravir les amateurs de burgers, avec notamment un super burger steak/mushroom.

Petit craquage pour les frites au fromage et au bacon, une tuerie ! Et que dire de l’équivalent au Mc Flurry, le CONCRETE chocolat/cookies/beurre de cacahuète à tester de toute urgence !

Restaurant Mexicain Miami BEACHALMA MEXICANA : de la vraie cuisine mexicaine à Miami Beach
1344 Washington Ave, Miami Beach FL33139
Fermeture à 23h, il vaut mieux donc y arriver avant 22h pour ne pas être speed.
Site web : http://almamexicanamiamibeach.com/
Budget pour deux : 40 à 50$

Un petit restaurant très sympa, avec très peu de couverts. Sûrement familial.
On y mange des enchiladas, des burritos, des tacos, des quesadillas, des fajitas, des nachos et d’autres plats traditionnels, très bien préparés et très copieux.

La déco est sympa, la musique est, dira-t-on, locale, et l’addition n’est vraiment pas salée.

Sparky's Roadside Barbecue MiamiSPARKY’S ROADSIDE BARBECUE : Les meilleurs RIBS de Miami !
204 NE 1st Street, Miami, FL 33132
Site web : http://sparkysroadsidebarbecue.com/
Budget pour deux : 50 à 60$

Ma moitié étant une grande fan de ribs, nous n’avons pas été déçus en allant manger dans ce restaurant qui ne paie pas de mine. Une carte large avec un choix de ribs restreint, mais suffisant pour se faire plaisir ! Vous pourrez y manger bien d’autres plats typiques, il s’agit d’un vrai restaurant américain comme on peut se l’imaginer.

 

Les desserts sont aussi de vraies tueries donc gardez un peu de place pour la fin 😉

Voilà, j’espère que ça pourra servir à quelqu’un, et si jamais vous êtes passé dans l’un ou l’autre, n’hésitez pas à laisser votre avis en commentaire.

Bon ap’ !

[CR] Miami Beach Halloween Half Marathon

Miami Beach Halloween Half Marathon

Une semaine après l’Ironman 70.3 Miami, Sabrina et moi étions inscrits sur ce semi-marathon d’Halloween à Miami Beach.
L’occasion pour elle de faire son premier semi officiel et pour moi de faire un semi dans un cadre sympa.

La pluaprt des coureurs sont déguisés, l’ambiance est détendue et franchement bonne. Mais devant, il y a comme toujours quelques clients, pas venu pour un concours de déguisements.

Départ de nuit à 6h30, les sensations sont particulières. Le gros avantage des courses aux US, malgré le prix d’inscription élevé (50$ en early et 100$ en late reg.), c’est la sécurité apporté par l’organisation durant toute la course, comme lors du 70.3.

Je pars vite (3’38 le premier kilo) histoire d’accrocher rapidement le groupe de tête pour voir ce qu’il s’y passe. J’avais vu dans les résultats que le podium était accessible autour des 1h23′ ce qui est largement à ma portée. Rapidement je me force à ralentir et décroche la tête pour laisser revenir deux autres gars derrière moi afin de former un petit paquet pour m’abriter du vent qui souffle toujours aussi fort. Il fait déjà chaud et humide et le vent fait quand même du bien de ce côté-là.

Un des deux est bien affuté et a l’air bien à l’aise, à ce moment là nous sommes 7, 8 et 9. L’affuté met une cartouche à l’approche d’un pont à traverser alors que l’autre était en train de ralentir le train. Je me mets dans sa foulée. On va se prendre des relais jusqu’au 12ème et puis après un ravito (durant lequel je me verse du Gatorade sur la tête au lieu d’eau…) je n’arrive plus à rester derrière lui. Rideau, plus rien, à ce moment-là je suis 5ème et impossible de sortir plus que du 4’20 au kilo. Un passage de plusieurs kilomètres sur un ponton en bois va m’achever et après le demi-tour au 16ème kilo, ça va être encore plus dur, difficile de courir à 4’30. Je reperdrai deux places d’ici l’arrivée qui s’est longuement fait attendre. Au final, je passe le semi en 1h29’39 et arrive péniblement en 7ème position, plus de 10min après le vainqueur et à  4min du podium.

Après analyse des données, je me rends compte que les conditions atmosphériques sont quand même très importantes dans la performance, en tout cas pour les athlètes amateurs que nous sommes. J’avais vécu la course la plus horrible de ma vie lors d’un 10km à Singapour et j’ai eu quasiment les mêmes sensations lors de ce semi même si c’était largement plus supportable. Le vainqueur gagne d’ailleurs en 1h19 alors que chez nous, ce genre de course se gagne plutôt autour des 1h07-09.

L’après course était au top, sans surprise. Une superbe médaille, un ravito très fourni et un repas très complet au Nikki Beach en même temps que la remise des récompenses mais… il fallait arriver à l’heure, car il n’y en a pas eu pour tout le monde !

Superbe expérience, sans regret, même pour Sabrina qui a autant souffert que moi à peu près sur le même timing. Pour son premier, c’était du costaud.

Winamax Poker Open 2017

Winamax Poker Open 2017

Lorsque je jouais au poker bien plus régulièrement, de 2006 à 2012, j’avais participé trois fois aux European Short-Handed Poker Championship qui se tenaient à Dublin, aujourd’hui devenu le Winamax Poker Open. A l’époque, j’affectionnais particulièrement de type de tournoi short-handed (en table de 6) car mon style de jeu agressif était parfaitement adapté. J’y avais d’ailleurs terminé 10ème sur 656 lors de l’édition 2011.

Aujourd’hui, j’ai bien plus de patience et je ne joue surtout plus beaucoup (4-5 fois par an), ce qui a totalement changé ma façon de jouer, moins adaptée à ce genre de format. Tant pis… le Winamax Poker Open, c’est aussi une grande fête annuelle pour tous les amateurs de poker, même si c’est devenu très franco-français. J’avais donc envie de participer à nouveau à ce festival après avoir dealé un tournoi à Salies du Salat.

Cette année, le WPO a été délocalisé à 30min du centre-ville de Dublin, au très beau complexe Citywest. J’étais un peu sceptique au départ, moi qui aime bien concilier tourisme et passion, que ce soit avec le poker ou le sport (le vrai !).

Au final, le complexe est très grand et il y a des installations sportives assez complètes pour pouvoir s’entrainer entre deux tournois. Si vraiment, on veut se rendre en ville, il y a une station de tram à 1km qui permet de s’y rendre en 30min. Pas de quoi rebuter les voyageurs comme moi pour le coup.

Côté chiffres, ce ne fut pas un grand week-end. Sorti en fin de day 1 sur le Main Event puis rapidement du side event deepstack, assez card dead tout le week-end, pas évident de trouver le mental pour jouer proprement. Une anecdotique petite ligne sur ma HendonMob (c’est mon habitude à Dublin) sur une boucherie annexe.

Et côté météo, ce fut très… irlandais !
Le WPO, j’y reviendrai certainement, mais pas tout de suite. L’ambiance y est très « alcoolisée » et plutôt dédiée aux jeunes, aux regulars de W, aux célibataires ou ceux qui se lâchent loin de maman. Pas très compatible avec la préparation d’un Ironman 70.3 par exemple ! ^^

Quelques photos pour apprécier le contexte

Winamax Poker Open 2017

La grotte de Clamouse

En vadrouille dans l’Hérault pour une journée au Pont du Diable, nous avons fait un stop par la grotte de Clamouse.
Cette grotte n’est pas la seule à visiter dans la région mais nous y sommes tombés dessus par hasard !

Il vous faudra compter une heure environ pour la visite guidée, comprenant un petite vidéo explicative en introduction.
Prévoyez une petite laine parce qu’il n’y fait pas plus de 15° à l’intérieur avec un taux d’humidité avoisinant les 100% !
Je n’en dirais pas plus pour vous laisser l’occasion de tout découvrir sur place. C’est à faire si vous êtes dans le coin !
Allez… tout de même quelques photos pour les plus curieux 😉

Grotte de Clamouse

Côté tarif, il vous en coutera 10,80€ par adulte et entre 6,80€ et 8€ par enfant.
Et pour une trentaine d’euros, vous pourrez jouer les apprentis spéléologues au cœur de même de la grotte !
Il y aussi la possibilité de se restaurer sur place, mais il serait vraiment dommage de se priver d’un pique-nique au pied du Pont du Diable si le temps le permet !

Hérault : une journée au Pont du Diable

Pont du Diable dans l'Hérault

Si vous avez l’occasion de passer par les gorges de l’Hérault ou que vous êtes en vacances sur la côte aux alentours de Marseillan, Agde, Sète… je vous conseille vivement de faire un tour au Pont du Diable !

Marre du vent en bord de mer ? Ça tombe bien, Le Pont du Diable, pont roman vieux de plus de 1000 ans, veille sur une plage caillouteuse plutôt encaissée. Vous pourrez donc y trouver un spot à l’abri du vent.

Marre de l’eau froide de la méditerranée, même en plein été ? Au Pont du Diable, elle ne sera pas bien plus chaude, mais un peu quand même.

Marre de boire des tasses salées ?! L’Hérault vous offre une eau propre, dénuée de sel.

Marre de devoir vous trimbaler un parasol ? Si vous n’êtes pas attaché à avoir les pieds dans l’eau, vous trouverez pas mal de végétations un peu en recul de la plage et sur les bords de l’Hérault pour un pique-nique ou une sieste ombragés.

En amoureux ou en famille, et pourquoi pas en solo, passer une journée sous le Pont du Diable permet de profiter d’un espace naturel magnifique tout en se rafraichissant.

Une partie de la plage est surveillée de 11h à 19h du 1er juillet au 31 août, de quoi être tranquille en famille.
Il est interdit de sauter depuis le Pont du Diable, mais vous pourrez pourtant y voir des téméraires tout au long de la journée. De quoi animer le spectacle lorsque les réceptions plus ou moins habiles raisonnent sous le pont !

OK, mais c’est où ?! Le Pont du Diable se situe à Saint-Jean-de-Fos.
A visiter juste à côté : La magnifique grotte de Clamouse, idéale pour se rafraichir d’une grosse journée ensoleillée.

Asie : 1 semaine, 1 course, 4 pays, 12 avions

visiter l'asie

Besoin de s’évader un peu durant ce printemps 2016, voyage éclair prévu et préparé quelques semaines plus tôt, avec Singapour comme point central, où réside encore mon ami Denis.

Premier voyage en Asie pour nous, j’avais envie d’en voir un maximum en une semaine.

Vol Toulouse-Francfort-Singapour en A380 avec Lufthansa pour moins de 500€ par personne, c’est royal !

Programme de cette escapade asiatique (cliquez sur chaque étape pour le détail)

Day 1-2 : Voyage aller via Francfort/Singapour. Dépôt des valises à Singap puis vols à destination de Kuala Lumpur et Kota Bharu.

Day 3 : Iles Perhentians (Malaisie)
Détente, plage, trekking et acclimatation

Day 4 : Iles Perhentians
Détente puis retour à Singapour via KL

Day 5 : Singapour / Bangkok
The Perfromance Series 1

Day 6 : Bangkok
Temple du Bouddha couché (Wat Pho)

Day 7 : Vol pour Siem Reap (Cambodge)
Balades à vélos, visite du temple d’Angkor Wat, massages et tour des marchés locaux.

Day 8 : Siem Reap / Retour via KL / Singap / Francfort
Journée marathon des transports !

J’ai eu la chance de pas mal voyager depuis tout petit (plus d’une vingtaine de pays visités) et je dois dire que le voyage qui m’a le plus séduit à ce jour, c’est bien celui-ci. Les gens, l’ambiance, les odeurs, le climat, la culture…

L’Asie, une seule envie, y revenir !

Two nights in Bangkok

Vue de Bangkok depuis Octave Rooftop

Tout juste notre course à Singapour terminée, il fallait reprendre un vol pour Bangkok ou nous allions passer deux nuits.

Pour notre première soirée à Bangkok, nous allons diner dans un restaurant très bien côté sur Tripadvisor : Issaya Siamese Club, situé dans une maison coloniale subtilement aménagé pour recevoir non pas le maximum de couverts mais pour que chaque convive bénéficie d’une intimité pour diner. Nous étions donc installés dans une pièce de la maison où nous étions seuls et pourtant le restaurant était plein.

Côté logement, nous avions choisi le SO Sofitel Bangkok, placé juste à côté d’un central park de la ville et classé 5 étoiles. Nous n’avons pas été déçu ! J’ai fait pas mal d’hôtels durant mes voyages perso ou pro et je dois dire que celui-ci, bien que loin d’être le plus cher, est certainement celui qui m’a le plus séduit, notamment dans ses parties communes, sa piscine et sa restauration.

Photos du SO Sofitel Bangkok

Visite du temple du Bouddha couché (Wat Pho) : Magnifique architecture et statues dorées, mais une chaleur monstrueuse ! J’y ai dédié un article complet.

Petit tour par hasard dans un marché au poisson qui se situe juste à côté du temple et balade aux alentours. Un vrai régal, sauf pour les narines, de se balader dans ces lieux que seuls les locaux fréquentent au quotidien, pour leur consommation.

Autour du marché au poisson

Déjeuner dans un centre commercial (Siam Paragon) pour trouver un peu de fraîcheur et manger au frais chez Yayoi. Première fois que je voyais une prise de commande aussi moderne !

Métro de Bangkok
Génération Smartphone à Bangkok

Tour de métro aérien (BTS Skytrain) pour nous rendre dans un quartier animé de la ville. Là nous nous sommes faits masser, mais grosse erreur, on a choisi 1h de massage thaïlandais… Une horreur, massage par pression, mais grosse pression. Pas du tout relaxant ! On se rattrapera au Cambodge pour la relaxation !

Retour à l’hôtel, en métro souterrain cette fois, pour un plouf dans la piscine, accompagné de bons jus de fruits frais. Puis, direction un resto Thaï abordable et bien côté dans lequel nous nous régalons (malgré les épices) pour une vingtaine d’euros. Il s’agit de Sit and Wonder dans le quartier de North Khlong Ton, situé tout près des grands hôtels internationaux.

Nous finissons la journée par boire un coup à deux pas de là au Octave Rooftop, situé au 48ème étage du Marriot. Une vue magnifique à 360° sur tout Bankgkok et un peu d’air pour ne plus transpirer ! L’humidité est vraiment pesante dans Bangkok, aussi bien le jour que la nuit. Ambiance lounge et décontractée, je vous le conseille en fin de journée !

 

Bangkok : Temple du Bouddha couché (Wat Pho)

Wat Pho Temple buddha couché

La première chose que nous décidons d’aller visiter lors de nos deux jours à Bangkok est WAT PHO aussi appelé Wat Phra Chettuphon (le Temple du Bouddha couché). 1ère attraction de Bangkok sur Tripadvisor, c’est un détour obligatoire pour tous les voyageurs.

Il faut bien prévoir 1h30 à 2h de visite si on veut profiter à fond de cet endroit fait de plusieurs petits temples et de belles cours. Il est moins fréquenté que le Palais Royal non loin de là mais il vous tout de même s’attendre à y trouver du monde.

Il y fait très chaud et une bouteille d’eau par personne est distribuée à l’entrée, c’est pas du luxe. Il faut aussi prévoir de se couvrir les épaules et les jambes pour rentrer dans certains temples mais aussi par simple respect de la religion bouddhiste que nous connaissons mal.

Les deux temples les plus impressionnants dans le complexe sont celui du Bouddha d’or et celui du Bouddha couché, impressionnante représentation de plus de 40m de long et jusqu’à 15m de haut.

Prendre le temps de se poser un peu dans le site et de profiter de l’architecture impressionnante et de l’atmosphère religieuse qui peut en découler. Certains sont là en pèlerinage et tout cela représente beaucoup de choses pour eux.

Et puisque les images valent mieux que les mots…

Visiter Angkor Wat (Siem Reap)

Pour nous, le meilleur moyen de visiter l’immense étendue des temples d’Angkor a été le vélo. Certes, il fait chaud, très chaud et très humide, près des 40° quand nous y sommes allés. Mais le vélo présente l’avantage de se déplacer plus vite qu’à pied et d’être bien plus ventilé, tout en restant totalement autonome. Prévoir juste des antivols pour laisser les vélos par-ci par-là au grès des visites, même si ça ne craint pas plus que ça. La location coûte entre 8 et 20$ par vélo pour la journée, dépendamment de là où vous les louez.

Pour rentrer sur le site monumental d’Angkor, il faut acheter des billets que l’on peut prendre à la journée et que l’on doit présenter aux checkpoints bordant le site. Après avoir roulé durant plusieurs kilomètres, nous arrivons à un de ces fameux checkpoint et bien sûr, nous n’avions pas les billets sur nous car nous n’avons jamais trouvé le fameux office ! Les policiers dédiés à la garde du site sont très sympa avec nous et ils nous proposent pour 5$ de nous amener à l’office où l’on peut acheter les billets, qui se trouve à 5km de là. Autant dire que Sabrina ne voulait pas se refaire 10km de vélo sur une ligne droite en plein soleil ! Nous partons donc à 3, sans casque, sur la moto du policier. Il se trouve qu’il a vécu en France il y a bien des années et qu’il lui reste quelques notions mais il ne s’y risque pas trop. Un bon moment comme je les aime, improvisé et totalement irréaliste !

Forts de nos billets, nous entrons enfin dans le site et nous dirigeons vers le temple d’Angkor Wat. C’est le plus grand de tous les temples d’Angkor et le mieux préservé. Le site fermant à 17h30, nous ne pourrons pas en visiter d’autres.

C’est tout simplement splendide. Une architecture khmère datant du 12ème siècle à couper le souffle, tant dans la grandeur que dans les détails. Le site est superbe et les images parlent d’elles-mêmes. Il n’y avait pas trop de monde lorsque nous y sommes allés et cela nous a permis d’en profiter encore mieux.

Pour s’y rendre à vélo depuis Siem Reap, jetez un oeil à notre retour d’Angkor Wat vers l’hôtel Sarai Resort sur Strava. Il vous suffira de faire ce trajet à l’envers pour l’aller, ça vous évitera de tricoter comme on l’a fait au départ ! Et puis, l’expérience des routes au Cambodge est top.

Quelques photos d’Angkor Wat

2 jours à Siem Reap (Cambodge)

Siem Reap market

C’est lors de notre semaine éclair en Asie que nous avions prévu de faire un arrêt au Cambodge et plus particulièrement à Siem Reap pour visiter Angkor Wat.

Durant cette courte halte, nous avions prévu une journée pour visiter Angkor Wat, le principal temples du site d’Angkor et une autre pour profiter de Siem Reap. Pour les temples, j’ai fait un article dédié par ici.

Hotel Siem Reap SaraiPour le logement, nous avions opté pour une nuit au Sarai Resort & Spa. 67€ la nuit avec le petit-déjeuner, pour un hôtel de ce standing, je n’ai jamais vu ça ailleurs.

Un hôtel sublime, un personnel des plus accueillants et aux petits soins. Des prestations de très bonnes qualités et une proximité avec le centre de Siem Reap et du site d’Angkor, bien pratique pour ceux qui aiment marcher ou faire du vélo. Sinon, à Siem Reap, il y a toujours les Tuk-tuk !

Une soirée et une journée à Siem Reap :

Après une longue journée à visiter les temples sous 38° à l’ombre, un peu de rafraichissement à la superbe piscine de l’hôtel puis direction le centre-ville de Siem Reap. En face de Pub Street, nous faisons une première halte au salon de massage Lemongrass Garden Spa histoire de nous faire chouchouter un peu en cette fin de voyage. Il nous en coutera autour de 40$ pour deux pour une heure de massage relaxant aux huiles essentielles.

Retaurant Siem Reap, la cabaneBien relaxés, direction La Cabane, La cuisine des filles pour diner, un restaurant tenu par deux françaises d’origine cambodgienne qui ont réussi à mêler cuisine locale et cuisine française de très belle manière. La salle est assez grande, sans clim, mais ouverte sur l’extérieur. Les prix sont très corrects et les plats sont très bien préparés. Vous y trouverez du bœuf bourguignon aussi bien que des plats typiques khmers. Le service a été très rapide mais nous étions les seuls clients à ce moment-là, nous y sommes arrivés très tard.

Rue de Siem ReapAprès ce bon repas, balade dans les ruelles un peu à l’écart de Siem Reap, puis dans Pub Street, l’artère principale de la ville pour les oiseaux de nuits. Comme son nom l’indique, elle abrite plusieurs pubs poussant la musique à fond et servant de la bière. C’est là que la plupart des étrangers se regroupent en soirée. Ce n’est pas notre truc, nous optons pour aller faire un tour au Night Market bordant la rivière, avant de retourner à l’hôtel à pied, parcourant les ruelles sombres, éclairées par les scooters qui passent et repassent.

Lendemain matin, accompagnés une partie de la journée par notre chauffeur de Tuk-tuk local, nous faisons un joli tour de la ville au gré des croisements et des klaxons qui animent la ville.

Arrêt au Central Market, situé en face du Night Market, sur la rive opposée. J’adore les marchés, c’est là que la culture locale prend toute son essence. Les couleurs, les odeurs, les bruits, les sourires des gens… Un vrai échantillon de la vie locale et de ses habitudes de consommation. Nous y avons passé pas mal de temps, à flâner entre les locaux, errant dans les allées de la halle dédiée à l’alimentation puis dans celles des vendeurs de tissus, de souvenirs, d’objets ménagers et autres. Un régal.

Centre commercial Siem ReapNotre chauffeur insiste pour nous amener au récent « grand centre commercial de la ville » dont j’ai oublié le nom. Nous acceptons pour lui faire plaisir et découvrons un bâtiment d’un étage contenant moins d’une vingtaine de boutiques. Nous nous retrouvons dans une boutique de vêtements et, à notre grande surprise, le magasin est plus que fourni en contrefaçons : sacs, montres, habillement… Tout est en vitrine ! Il est banal de voir ce genre de produits dans les marchés, mais dans un centre commercial, c’est vraiment surprenant.

Le timing est serré, nous filons à l’aéroport en direction de Kuala Lumpur.

Les Iles Perhentian (Malaisie)

Perhentian Island

Sabrina aimant les belles plages et les journées »farniente » sur le sable, je me devais de prévoir une petite escapade du genre durant ce voyage qui s’annonçait plutôt dynamique !

Pas évident de trouver quelque chose qui ne ressemble pas au touristique Phuket par exemple, je cherchais quelque chose de plus original, moins connu. Et c’est après de nombreuses heures de recherche que j’ai découvert les Iles Perhentian !
Archipel constitué de deux iles principales que sont Perhentian Besar (la grande) et Perhentian Kecil (la petite) à environ 20km des côtes malaises nord-est (Kuala Besut).

Fraichement arrivés à Singapour depuis Francfort, nous déposons nos grandes valises chez nos amis en un coup de taxi, préparons les sac à dos, puis repartons aussitôt à l’aéroport pour prendre un vol vers Kuala Lumpur, puis vers Kota Bharu au nord-est de la Malaisie.

Pas beaucoup de possibilités pour se rendre aux Perhentian, il faut se les mériter !

Pour commencer, il faut donc se rendre à Kota Bharu, au Nord-Est de la Malaisie (comptez environ 1h d’avion depuis Kuala Lumpur). Nous y arrivons le soir, dinons dans un restaurant local (le Wau) où nous étions un peu l’attraction de la soirée. Toutes les femmes étaient couvertes et c’est là que nous avons réalisé que la Malaisie était un pays musulman, nous, blancs comme des cachets d’aspirine, en short et en t-shirt. La carte est large et les prix sont bas, on y mange très bien. Le restaurant est situé juste à côté de l’hôtel où nous passons la nuit : le Grand RiverView Hotel.

Le lendemain matin, nous prenons un taxi durant 1h en direction de Kuala Besut, ville côtière plus au Sud. C’est de ce petit port (Kuala Besut Jetty) que nous embarquons sur un petit bateau avec une dizaine d’autres personnes en direction de Perhentian Besar. Pas mal d’animation sur le port, les locaux grouillent dans tous les sens, peu de touristes comme nous.

Traversée agitée avec pas mal de vagues qui font taper le bateau, le petit-déj n’est pas loin !

Trois quarts d’heures plus tard, nous débarquons des personnes à plusieurs endroits puis nous voilà arrivés sur la plage de l’hôtel où nous allons passer la nuit : le Perhentian Island Resort. Un complexe les pieds dans le sable, composés de chalets individuels confortables et d’un restaurant. Les chalets font face à la mer de Chine méridionale et sont bordés par la jungle.

Iles Perhentian Besar

Quoi faire à Perhentian Besar ?

Pas grand chose à part se ressourcer et profiter de la nature, tant au niveau aquatique que terrestre.

Perhentian Island ResortSnorkeling pour voir les tortues, très nombreuses à quelques dizaines de mètres de la plage. Les bateaux y déchargent d’ailleurs des dizaines de touristes chinois tous habillés de la tête aux pieds et équipés de leur gilet de sauvetage ! Vous pouvez aussi y voir des raies, méduses et autres êtres aquatiques.

Jungle trek Perhentian BesarTrekking dans la jungle si vous aimez la rando. Si le parcours est quelque fois bien accidenté, il est très accessible pour tout le monde, même pour les enfants. C’est notamment l’occasion de se faire surveiller par les nombreux singes qui vivent dans la jungle et de croiser la route de varans égarés, toujours à la recherche d’un bon repas.

Par contre, il y fait très chaud et humide. Mieux vaut partir avec de l’eau et des solutions contre les moustiques. Vous pouvez y voir la trace en cliquant ICI.

 

Plage Perhentian Island ResortTanning sur la plage en profitant de l’ombre de quelques cocotiers et en se « rafraichissant » dans une eau limpide à 30°.

Quelques excursions sont aussi proposées pour visiter les iles alentours où d’autres spots à tortues par exemple. Mais, vous pouvez aussi vous payer les services d’un taxi-bateau qui vous amènera où vous voulez autour de l’île ou sur Perhentian Kecil, juste en face. Les plus sportifs pourront aussi rejoindre Kecil à la nage mais attention aux bateaux lors de la traversée.

Restaurant Iles PerhentianLa restauration sur place est excellente avec des produits frais. Le soir, nous avons pu nous régaler avec un BBQ sur la plage en choisissant en direct le poisson que nous allions manger. Pour les fêtards, vous ne trouverez pas d’alcool sur les iles Perhentian du fait de la religion prédominante dans cette état de la Malaisie.

Nous nous sommes régalés, coupés du monde dans ce joli mélange de jungle et de plage idyllique. Un bien bel endroit !

N’hésitez pas à réagir si jamais vous avez des questions.

 

[CR] The Performance Series – Singapour

Running Perfromance Series Singapour 2016tps aerien

Il est rare que je prévois un voyage sans y mêler l’une de mes passions.

Pour cette virée en Asie, il s’agissait de participer à une course à Singapour, le 1er mai, pour Sabrina et moi. Sabrina allait d’ailleurs participer à son premier 10km, et quel 10km !

Nous savions que ce serait dur, le soleil tape fort là-bas, très près de l’équateur, et l’humidité ambiante est difficilement compatible avec la pratique du sport à haute intensité.

Départ prévu à 7h donc, ce qui est très tôt pour une course de 10kms. La veille au soir, nous rentrions de Malaisie, après avoir couru en tongs comme des fous dans l’aéroport de Kuala Lumpur pour finalement rater quand même notre avion…

Bref… arrivés vers 21h la veille, nos amis MA et Denis, ex-expatriés franco-canadiens sur place, nous font découvrir un resto de Dim-sum, petite visite nocturne, papotage, bref… couchés 2h du mat ! 5h30 le réveil sonne ! C’est parti, le premier Uber de ma vie vient nous chercher (ça va, c’est fiable !).

Il y a beaucoup de monde sur place et notre cher ami Denis avait déjà récupéré nos race packs dans la semaine, au top ! L’organisation est sans faille, il y a tout ce qu’il faut et il y a de l’ambiance pour les 3000 coureurs attendus, portant pour la plupart le beau t-shirt Compressport offert à tous les participants. Le soleil se lève mais il se fait déjà fortement sentir.

TPS #1 Singapore 2016Je me place aux avant-postes, vers le quatrième ou cinquième rang avec dans l’idée de partir sur des bases de 38′ (vs. 36’30 habituellement). PAN ! C’est parti ! Ça ne part pas très vite et je me retrouve vite dans le groupe de tête. 1er kilo bouclé en 3’34 sans grande difficulté. Mais après ça, je perds du terrain petit à petit et j’essaie de m’accrocher à un autre européen. Ça tiendra jusqu’au 5ème km en dessous des 4′ au kilo et puis plus rien, rideau... Impossible de courir à plus de 13,5km/h… Le cardio est haut, il fait horriblement chaud et humide, il n’y a plus d’ombre…

La preuve en images :

Course à pied Singapour
Sabrina, pour son 1er 10km a souffert aussi, mais elle a mieux géré. On ne s’attendait vraiment pas à ce que ce soit aussi dur !
15 minutes après être arrivé, je réussi enfin à me lever et à aller la chercher pour finir avec elle. Jamais ça ne m’était arrivé d’être aussi cuit après une course…

Finisher performance series singapore

Quelques chiffres pour les puristes :
Distance : 10,6km
Temps final : 43’32 (20’11 sur les 5,3 premiers kilo)
Allure moyenne : 4’08/km
D+ : 7m
Nombre de participants : 3000
Classement : 29ème scratch et 6ème Open (étrangers)