[CR] Victoire à Grat’1 tour

6km de Gratentour

Ce dimanche se déroulait la seconde édition de Grat’1 tour, à Gratentour donc… Vous avez capté le jeu de mots ?! Bon, c’est bien !

En voisin, je n’avais pas pu participer à la première édition avec regrets, étant au Frenchman pour supporter la Pinkteam !

Cette année, je me faisais donc un plaisir de pouvoir y courir. C’était donc mon premier dossard à pied depuis la Boucle du Confluent et surtout depuis mon opération en novembre dernier.

Il y a deux semaines à l’Ironman 70.3 Pays d’Aix, j’avais bien validé le côté endurance côté cardio mais j’avoue que faire 6kms au taquet me faisait un peu flipper.

La course

Gros avantage des courses à domicile, je pars de la maison en courant à 9h pour un départ à 9h30. L’échauffement est fait et les sensations pas trop mauvaises.

Je retrouve sur place des copains de courses que je n’avais plus l’habitude de croiser tant ça faisait un moment que je n’avais pas couru avec un dossard. Ça fait du bien, l’ambiance est décontractée, Rémy Jégard, le Boss de RunningMag, est présent. C’est lui qui avait gagné le 6km l’an dernier.

Départ commun pour le 6 et le 12 (deux boucles). Ça part vite, le parcours se rétrécit très tôt et il faut se positionner. On se retrouve vite à 5 ou 6 avec Rémy, Jean-Michel Luceau et Jean-Philippe Bosch notamment, déjà à une trentaine de mètres derrière un coureur parti bien plus vite et que nous ne connaissons pas. Un gars du groupe s’échappe pour le rejoindre, je reste au chaud, sachant que nous sommes sur du chemin enherbé et que ce n’est pas mon terrain de prédilection.

Première descente, c’est certainement là que j’ai un avantage, je déroule fort et revient sur les deux premiers qui avaient déjà pris 50m d’avance. Vent de face sur la ligne droite qui suit, je reste au chaud mais c’est dur, je sens que je laisse pas mal de jus et mon cardio n’est déjà pas loin des 190 bpm. J’entends qu’un des deux est sur le 12, l’autre est un concurrent direct. Je laisse filer et attends de me faire reprendre pour m’abriter un peu à nouveau, ce n’est pas du luxe avant ce qui nous attend. JP Bosch et JM Luceau me reprennent 300m avant d’attaquer 600m de côte, à 7% sur un chemin agricole, bourré d’ornières…

Jean-Philippe est sur le 12, je ne m’en préoccupe pas, même si je ne peux m’empêcher de constater qu’il monte tout en puissance et nous dépose rapidement. Impressionnant ! Je reste au contact de Jean-Michel qui est sur le 6 comme moi. Les ornières cassent les jambes et le rythme. Je retrouve vite mes automatismes, je gère l’effort en maintenant un cardio quasi-constant, ce qui me permet normalement de relancer plus facilement en haut. Je perds donc du terrain et derrière ça revient un peu, sans jamais me dépasser.

3,8km, ça bascule. J’ai 1km de descente pour faire la différence et revenir sur la tête. Jean-Michel, alors deuxième, est cuit, il marche quelques mètres au ravitaillement puis repart. Je le reprends 50m plus loin dans la descente, on s’encourage. J’aperçois le 1er, il est bien 150m plus bas. Je déroule et, à ma grande surprise, le reprends rapidement. Il me demande si je suis sur le 6 ou le 12, la côte lui a sûrement fait très mal à lui aussi. Quelques centaines de mètres plus bas, Sabrina et Evan sont là, j’étais très bien dans ma tête mais ça me booste encore plus.

Je garde le rythme, une belle montée d’escaliers nous attend, ça passe mais en haut c’est dur de relancer. Je me dis que derrière, ça va maintenant se battre pour la seconde place, mais que nenni ! J’entends le 2nd pas très loin ! Je ne connais pas la fin du parcours, il reste 1,2km. Je ne regarde pas derrière, j’ai Jean-Philippe, alors second du 12km, en ligne de mire. Beaucoup de virages, de relances et de changements de surface sur le dernier kilomètre. C’est bon pour moi, j’aime les relances. Je remets des cartouches à chaque sortie de virage histoire que le second, qui a visiblement retrouvé des jambes, ne m’ait plus dans le viseur. Il reste 300m avant l’arrivée, je remets une dernière cartouche et reviens sur Jean-Philippe. J’aperçois l’arche d’arrivée, petit coup d’œil dans le virage, je peux relâcher et savourer tranquillement le passage de la ligne en vainqueur.

Très satisfait de ma course et surtout rassuré. 185bpm de moyenne avec un pic à 195 et un dernier kilo à 191 de moyenne. Je retrouve mes sensations d’avant opération, c’est cool !

Hormis la victoire, relative compte-tenu du contexte village et peu concurrentiel, c’est surtout le fait de pouvoir courir comme j’en ai envie, sans restriction, qui fait plaisir.

1 heure plus tard, c’était la course enfant. Evan fera 3ème au scratch et 1er de sa catégorie d’âge sur les 1,2kms. De quoi savourer la remise des récompenses en famille !

Ma course sur Strava.

5 réflexions au sujet de « [CR] Victoire à Grat’1 tour »

  1. Il s’en passe des choses en 23 minutes
    Je suis très contente que tu aies pu mettre de côté ton stress dû à l’opération et que tu aies pris du plaisir avec cette course. Et je suis très fière de toi ❤️

    P.S. : tu es beau quand tu cours !

  2. Bravo Juju et bravo aussi à Evan vous êtes des champions et Sabrina a bîen raison d’etre fière de ses hommes. Bisous à la famille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.